Les passionnés passionnent

“Toute grande passion débouche sur l’infini.”

Michel Houellebecq

Se vouer à quelque chose, à quelqu’un….

Nous pouvons être passionnés par les Arts, par un artiste, un pays…. est-il possible encore aujourd’hui  dans un monde où l’on arrête de regarder une vidéo en 4 secondes parce qu’elle c’est trop longue de trouver des personnes qui ont une passion et s’y accrochent ? Oui !

Il est tellement intéressant d’écouter une personne passionnée. Elle va vous emporter dans son voyage, en passant une soirée avec elle, vous êtes transportés dans un monde qui n’est pas le votre mais qui va vous ouvrir l’esprit. Durant un court instant vous avez même l’impression d’être dans le même univers. Il n’est pas question forcément d’aimer ce que raconte le passionné, juste écouter sans jugement et se dire que oui, « ça existe ».

Se nourrir de l’autre et de ses connaissances est beaucoup plus intéressant que de lire vaguement sur internet seul chez soi. De plus, quelles sont les chances de vous pencher sur des sujets qui ne vous intéresseront pas forcément au premier abord.

Ne pas confondre une fixette et une passion :

La fixette va vous habiter quelques jours ou quelques semaines. Par exemple, vous vous intéressez à un groupe de musique et allez regarder toutes les interviews possibles, des films, écouter toutes les chansons, puis vous vous essoufflez et passez à autre chose. Comme on écoute une musique jusqu’à a ce qu’on ne puisse plus l’entendre.

On nous dit que la passion n’est pas faite pour durer. Pourtant d’un autre côté, certains vont consacrer leur vie à celle-ci sans jamais se lasser :

Rebecca, 24 ans danse depuis ses 5 ans, son corps a toujours été une source de mouvements perpétuels, habitée par des rythmes, elle danse dès que l’occasion se présente et ne peut garder son corps en place. Danser, toujours danser sur des musiques différentes, imaginer de nouveaux mouvements. Aujourd’hui elle fait partie d’une compagnie de danse contemporaine.

 

Hubert, 27 ans pêche à la mouche depuis l’âge de 5 ans. Tous les ans, avec un ou deux amis aficionados il se retrouve dans les plus belles eaux aux quatre coins du monde pour attraper le poisson de ses rêves. Il emploi le « catch and release », pêcher le poisson sans le tuer.

hub

Des passions peuvent aussi se réveiller tard dans nos vies et c’est ça qui est aussi merveilleux:

Alain 63 ans est passionné par la plongée depuis dix ans. Durant une année entière il allait une fois par semaine s’entrainer en piscine pour obtenir son Padi (Diplôme de plongée en bouteille). Dans un mois il part en Micronésie, il sera sur un bateau durant 10 jours et pourra nourrir ses yeux des poissons les plus exotiques.

alain.jpg

Voilà trois personnes bien différentes et pourtant qui ont une chose en commun : Une passion. En attendant, si vous n’êtes pas habitez pas quelque chose, gardez l’esprit ouvert et peut être que vous trouverez la votre…

Publicités

La femme française, toujours élégante ?

Le phénomène de la parisienne en France et dans le monde a toujours été le modèle à suivre. Dans les années 20 déjà, l’édition du Vogue américain s’y intéressait détenant une chronique sur les parisiennes. Paris est la capitale de la mode, la femme française a toujours été un symbole indéfinissable. Dans les années 60, le monde entier voulait copier le style de Brigitte Bardot, puis c’était au tour de Catherine Deneuve de faire fantasmer hommes et femmes dans « Belle de jour ». Carine Roitfeld, ex rédactrice du Vogue Paris déambulant sur le macadam perchée en talons aiguilles. Venant ensuite Vanessa Paradis, favorite des français avec  sa voix suave et son look de femme enfant, Charlotte Gainsbourg…

Lorsqu’on se penche de plus près, le style de la parisienne se perd au fur et à mesure, il se simplifie et se démystifie. Fini les super talons et la petite robe noir pour sortir.

Il faut dire…

Ce qui est cool aujourd’hui, c’est de porter un jean, un blazer et des baskets. Ce qui est cool aujourd’hui, c’est de ne plus s’habiller pour aller à une soirée sophistiquée. « Effortless » « less is more » « cool », une philosophie qui serait peut-être aussi dans l’air du temps en France ? Le « less is more » serait-il aussi appliqué dans le quotidien des français, chez eux… au travail ? Un pays en crise et qui est le plus grand consommateur de Lexomil subirait-il la conséquence du « no look » ?

Les créateurs depuis ces cinq dernières années n’ont pas été très novateurs en matière de tendances. Les looks se ressemblent, les marques françaises se cherchent et se recherchent, la preuve en est : Les directeurs artistiques qui jouent aux chaises musicales. Emmanuelle Alt, rédactrice en chef du Vogue Paris qui doit incarner la femme française par excellence est à la tête de cet uniforme.

emmanuelle-alt-2

Focus…

Trois it girls : Une mannequin et deux blogueuses qui sont aujourd’hui déclarées comme les incarnations de la femme française ou plus précisément de la parisienne par excellence. Leur style ? Finalement c’est de ne pas en avoir, ou plutôt d’être habillée façon « the girl next door ». Un t-shirt, un jean Levis, des boots, ou des baskets… pas de maquillage ou juste un peu de rouge sur les lèvres.

1

2

3

Toujours est-il…

La française reste et restera élégante ! Comme si elle était née élégante et nonchalante, sa façon d’être, son style de vie fait qu’elle peut se permettre quasiment tout.  Finalement, en talons aiguilles, en ballerines Repetto, en jupe crayon ou en jean, peu importe… La notion d’élégance fait couler de l’encre, il ne semble pas qu’elle se retranscrive spécialement à travers le vêtement, bien que celui-ci aide toujours.

L’élégance est exactement ce que le monde cherche à copier chez les français mais elle est inimitable…

Le phénomène Jean Imbert

ji

Il y a quelques années de cela,  à des milliers de kilomètres de Paris dans un hôtel perdu en Malaisie, le hasard a fait que je me suis retrouvée nez à nez avec une amie de lycée qui était en voyage avec son petit copain de l’époque : Jean Imbert. Loin de moi l’idée que ce jeune homme serait le futur vainqueur de Top Chef en 2012 et une célébrité à part entière.

Après des études à l’institut du grand chef lyonais Paul Bocuse, il travailla pour des restaurants étoilés et finit par ouvrir le sien en 2001 :L’Acajou dans le XVIème arrondissement de Paris. À l’image d’un véritable repas de famille, ici tout le monde mange à la même table. On vous sert de la bistronomie, une sorte de « gastronomie de comptoir ». Vous l’aurez compris, dans ce restaurant on veut avant tout vous transmettre de nouvelles saveurs tout en gardant l’ambiance d’un bistrot.

Depuis le mois de Septembre, Jean Imbert a ouvert un tout autre concept avec son ami et grand boulanger Eric Kayser, Les Bols de Jean. Rassurez-vous, il ne s’agit pas de soupe, (boring). Le bol est en fait tout simplement un pain brioché dans lequel vous y trouvez toutes sortes d’ingrédients toujours frais. Il en existe pour toutes les papilles, les fines bouches prendront le « bol de Bretagne » à la noix de St Jacques, les viandards pencheront plus pour le « Bol du Chef » à la blanquette de veau en provenance directe du boucher Hugo Desnoyer. À deux pas de l’Opéra Garnier, cet endroit est parfait pour prendre votre pause déjeuner. Allez-y tôt, l’endroit est victime de son succès et il y a souvent la queue.

bol1

Au début, on  aurait pu penser que le phénomène Jean Imbert était un effet de mode. Après avoir cuisiné pour les plus grandes stars telles que le couple Beyoncé et Jay Z ou encore  Pharrel Williams.  Le jeune chef est devenu aussi « l’ami des célébrités » , Johnny et Laeticia Hallyday vont régulièrement dîner à l’Acajou ainsi que Jean Dujardin ou Gerard Depardieu…

Cette année, Il a aussi régalé l’acteur Robert de Niro lors du tournage du court-metrage « Ellis » sortit il y a deux semaines, produit par l’artiste JR.

Il semblerait que ce chef français ne cesse de se renouveler…et c’est tout le mal que nous nous souhaitons!

Ciao Chanel !

Le 1er décembre le douzième défilé « Métiers d’Art » a eu lieu. À l’image d’un film en noir et blanc des années 60, Chanel a décidé de recréer Paris dans la ville de la « Dolce Vitta » aux studios de la Cinecittà. Coïncidence, un décor qui retranscrit bien notre capitale dans l’air d’aujourd’hui.

Encore une fois, la mise en scène est grandiose, Karl Lagerfeld n’oublie aucun détail, une station de métro « Rome », la fontaine, le macadam ou encore le kiosque sous lequel les musiciens jouent durant la présentation. Les invités sont installés en terrasse de café, l’une d’entre elles attire notre attention  : « Les Petites Mains ». Un clin d’oeil pour ce défilé évènement qui justement met en exergue les artisans des sept maisons d’Art que Chanel soutient pour leur Savoir-Faire unique.

Durant le défilé, les mannequins donnent le ton, elles déambulent d’un pas nonchalant mais assuré, le regard dédaigneux.  Parmi les 87 silhouettes, le cuir est polygame et n’hésite pas à embrasser la soie ou la dentelle. Les plumes quant à elles flirtent avec la laine bouillie et la broderie. Le boléro en tweed perlé prend le dessus mais aime aussi laisser place à de longs gants en dentelles.

Une fois et pour toujours, « Once and Forever« , le style Chanel ne cessera de perdurer.

 

Chanel Airlines

a

Embarquement immédiat depuis l’aéroport Cambon avec Chanel Airlines. Lors de la fashion week, Karl Lagerfeld a encore surprit avec pour décor ce spectaculaire aéroport Cambon. Au niveau des vêtements, les imprimés sont graphiques, les couleurs sont pop, dans les tons violets ou encore rose bubble gum. Tom Pécheux le célèbre maquilleur des plus grandes maisons utilise le bleu « sérenity » , couleur Pantone 2016 comme un masque car cet été, il faudra avoir « les yeux dans les nuages ». Les lunettes aviateurs réflecteurs qui cachent tout le visage seront parfaites après un vol de 12h et un jet lag.

Pour habiller sa tête, il faudra opter soit pour la casquette à l’envers ou le Canotier, chapeau emblématique de Gabrielle Chanel. Durant les chaudes nuits d’été, les sandales seront allumées comme des lucioles…

Le 6 octobre dans les backstages, 90 mannequins, 90 habilleuses étaient toutes impatientes d’embarquer

 

CHANEL CRUISE SEOUL

3Le défilé croisière Chanel 2015/2016 était « une vision moderne de la scène Pop Art » raconte Karl Lagerfeld. Patchwork géométriques, rayures multicolores, matières aériennes. Lorsque les inspirations coréennes et les codes de la maison Chanel fusionnent cela donne une allure graphique et des volumes épurés. Ces 82 silhouettes légères comme une bulle de champagne sont intemporelles. 

2 4